Lots

Lot 157

Estimation : 600-800

Table de salon

Catégorie : Mobilier

Table de salon en placage de loupe et bois fruitiers, le plateau à cuvette décorée au
centre d’un losange sur fond noir à l’imitation du laque. Elle ouvre à un tiroir en ceinture de
même décor et repose sur des pieds gaine.
Hollande, milieu du XIXe siècle.
H. 76 L. 79 P. 44 cm

Lot 195

Vendu : 170 000 €

Table de salon

Catégorie : Mobilier

Table de salon rectangulaire en placage de sycomore au naturel
et teinté dans des encadrements d_amarante et satiné à filets de buis
et d_ébène. Le plateau et la tablette à décor marqueté de treillage
losangé et cercles orné de fleurs de tournesol.
Elle ouvre en façade à un tiroir fermant à clef à décor tripartite à
léger ressaut et repose sur des pieds gaine à section carrée aux
angles évidés.
Riche ornementation de bronzes finement ciselés et dorés tels que
frises de feuilles d_eau, cordelières, chapiteaux, chutes de fleurs
et feuillages, tiges sommées d_une pomme de pin à course de feuilles
de lierre, entrée de serrure à putti ailés dans des feuillages,
rubans ,astragales, galeries ajourées, sabots à quatre feuilles
d_acanthe découpées.
Par Jean Henri Riesener.
Epoque Louis XVI (accidents, fentes, restaurations, replacages,anneaux de tirage
postérieurs, manquent deux chutes).
H. 71,8 L. 58,6 P. 37,7 cm
Jean Henri Riesener reçu Maître en 1768.
Provenance : Comtesse de Covilha, Lisbonne, au début du XXe siècle.
Collection particulière, Lisbonne.

Cette table peut être donnée avec certitude à Jean Henri Riesener,
quoique non estampillée. Outre certains bronzes que l_on rencontre
fréquemment dans son _uvre, la marqueterie à mosaïque à treillage et
fleurs de tournesol revêt certains de ses plus beaux meubles.
Dans le journal du Garde-Meuble en janvier 1781, Riesener fournit
_pour le cabinet intérieur de la Reine à Versailles : 3066 – une
table à écrire_ qui sera restaurée par lui en 1784 pour servir au roi
de Suède Gustave III durant sa visite à Versailles et au Trianon
(vente Jules Bache, 1949, maintenant au Metropolitan Museum,
reproduite dans European furniture in the Metropolitan Museum, 2006,
page 187 à 189).
Le 30 avril, il livra _pour servir dans les nouveaux cabinets de la
Reine au château de Marly_ une nouvelle table à écrire (Fondation
Calouste Gulbenkian, reproduite dans Verlet, Objets d_art français de
la collection Gulbenkian, 1969, n° 6, et Verlet, Le mobilier royal,
volume IV, page 88 à 90).
En 1782, pour la chambre de la Reine à Marly, une commode (maintenant
conservée à Versailles, reproduite dans Meyer, Le mobilier de
Versailles, 2002, vol. 1, page 79).
A cette même date, une autre, identique, pour le cabinet de la Reine
(pièce contiguë à la chambre) à Marly (collection privée, Paris,
Verlet, Le mobilier royal, volume IV, n° 24).
Toujours en 1782, il délivre pour le boudoir de la méridienne à
Versailles une table somptueuse (vente des collections des ducs de
Hamilton, 17 juin 1882, lot 303, maintenant conservée à Waddesdon
Manor, reproduite dans Bellaigue, The James A. de Rothschild
collection at Waddesdon Manor, volume II, couverture et page 520 à
527) qui présente de grande similitudes dans le décor avec notre
table tant au niveau des bronzes que du décor.
On retrouve des variations dans l_usage des bois composant cette
marqueterie, en effet les fonds des losanges sont dans la plupart des
cas du citronnier ; ici la fleur se détache d_un fond de sycomore
comme sur une console desserte estampillée de Riesener signalée dans
le commerce à Paris en 20041.
Pour une analyse complète des meubles à marqueterie similaire voir
également Furniture in the Frick collection, 1992, page 71 à 90.
En juin 1774, l_ébéniste Gilles Joubert abandonna par contrat sa
charge d_ébéniste du roi et présenta pour lui succéder Jean Henri
Riesener.
De cette date à la veille de la Révolution, Riesener fût l_ébéniste
attitré de la reine Marie Antoinette et fournisseur privilégié du
Garde-Meuble royal jusqu_en 1784.

Les meubles précédemment décrits furent dans leur grande majorité
livrés pour le Garde-Meuble de la couronne ou le Garde-Meuble privé
de la Reine, la qualité de notre table permet d_imaginer l_importance
de son propriétaire initial.

1 Galerie Aaron, Paris 2004, reproduite dans le catalogue Didier
Aaron VIII N° 42.

Lot 184

Vendu : 1 200 €

table de salon

Catégorie : Mobilier

Petite table de salon en placage de bois de rose. Elle ouvre à deux tiroirs en ceinture, un tiroir sur un coté et une tablette sur l’autre. Elle repose sur des pieds cambrés.
Epoque Louis XV.
(restaurations, replacages)
H. 72 L. 50 P. 33,5 cm

Lot 287

Vendu : 1 500 €

Table de salon

Catégorie : Mobilier

Table de salon en acajou et placage d’acajou. Fin du XVIIIe siècle (petits accidents)
H. 74 ; L. 44 ; P. 37cm

Lot 173

Estimation : 2 000-3 000

Table de salon

Catégorie : Mobilier

Table de salon en acajou et placage d’acajou, de forme rectangulaire. Elle ouvre à deux tiroirs en façade dont l’un en simule deux, encadré par des montants fuselés et cannelés.
Pieds fuselés réunis par une entretoise.
Fin du XVIIIe ou début du XIXe siècle.
(petits accidents).
H. 74 L. 44 P. 37 cm