Lots

Lot 11

Vendu : 52 000 €

SCULPTURE D’AVALOKITESVARA EN BRONZE DORE, CHINE, DYNASTIE MING, XVIE-XVIIE SIECLE

Catégorie : Chine et Orient

La divinité est assise en dhyanasana, sur un lotus reposant sur un mât central et une base hexagonale à la bordure lobée, entourée d’une rambarde et sculptée de deux immortels taoistes au milieu de flots, neufs paires de bras rayonnent autour d’elle, la paire de bras principale sur le devant, les mains jointes en uttarabodhi mudra, le geste de la prière, les autres tenant des attributs (conche, chandra, miroir, flamme, perle, roue de la loi, livre, lotus, vase…). Le Bodhisattva est vêtu d’un dhoti ceinturé à la taille, laissant la poitrine dénudée ornée de lourds colliers, les épaules recouvertes d’un châle finement ciselé, retombant en volutes sur les bras, les bordures des vêtements ciselées de fleurs et rinceaux. Le visage serein, yeux mi-clos, un troisième oeil sur le front ceint d’une couronne ; certains attributs manquants et petits manques à des doigts et attributs
H. 46 cm

 

Le Bodhisattva Avalokitesvara est l’une des divinités les plus vénérée du bouddhisme. Elle est représentée de différentes façons, l’une d’entre elles, comportant une multitude de bras et de visages comme dans l’exemple présent. Aussi nommé Guanyin, il est le Bodhisattva de la compassion et le protecteur du monde. Son nom signifie « celui qui considère les sons du monde ». La représentation d’Avalokitesvara « aux mille bras » appartient au bouddhisme ésotérique. Les bras symbolisent ses nombreux pouvoirs pour sauver le monde et aider les fidèles à accéder à l’éveil. La paire de bras principale est en anjali mudra, la prière ou uttarabodhi mudra, l’illumination, tandis que les bras rayonnants sont représentés dans différents mudra ou tiennent un objet rituel représentant l’un de leurs pouvoirs. Ces objets rituels ont des significations différentes : le livre, pustaka, est le symbole de la sagesse transcendantale et en particulier, des textes sur la perfection de l’intérieur, Prajnaparamita ; la conque représente le son qui annonce la gloire du Saint Nom ; le disque, chandra, symbolise l’unité des opposés ; la bhumba , cruche sacrificielle, est destinée à verser l’eau ou le nectar dans les mains de celui à qui le sacrifice est fait ; la perle enflammée ou bijou, cintamani , qui exauce tous les souhaits…

Un Bodhisattva Avalokitesvara en bronze de l’époque Ming, représenté également avec dix huit bras et d’une taille comparable, provenant de la collection Warren Cox, est illustré dans Hugo Munsterberg, Chinese Buddhist Bronzes, Japan 1967, Pl. 71 ; voir aussi l’Avalokitesvara en bronze doré de la Fondation Chang, à vingt quatre bras et sept têtes, assis sur un socle similaire et proche en taille, publié dans Buddhist Images in Gilt Metal, Taiwan 1993, Pl. 36