Lots

Lot 47

Vendu : 15 000 €

Fragment du suaire de Saint-Berthuin de Malonne.

Catégorie : tissu

Italie (Lucques ?).
Vers 1400.
H. 44 l. 30 cm

Technique :
Lampas lancé, 2 lats, fond taffetas. Soie gris violacé, orange et
vert ; les griffons sont brochés filé or. Lisière gauche conservée à
5 cordelines liées en taffetas, située sur un axe de symétrie du
dessin (analyse complète de Sophie Dérosiers dans le catalogue de
Cluny).

Décor :
Dessin à chemins suivis, rapport du dessin : hauteur 41,7 cm (le
rapport est complet en tenant compte de la partie repliée, voir
infra), largeur du chemin 19,7 cm. Deux chemins à retours, chacun à
pointe, sont visibles sur notre étoffe ; la largeur du tissage
devrait donc être d’environ 40 cm.
Le décor comporte deux montants différents enchevêtrés et alternés.
Sur l’un, de bas en haut : une fontaine où s’abreuvent deux oiseaux
affrontés, une gerbe de palmes, deux griffons affrontés à corps de
lion ailé, bec d’aigle et bois de cerf. Sur l’autre montant, de bas
en haut : deux coqs affrontés aux ailes en écailles de chauves-souris
(improprement désignés basilic dans le catalogue de Cluny), un vase à
anses et col haut de section hexagonale ; sur la panse de ce vase,
motif épigraphique des chiffres 5, 4, 2, suivis de leurs symétriques
obtenus par le tissage à pointe ; ce vase est encadré de deux oiseaux
vert au bec jaune.
Cette typologie de décor où les couples de chimères affrontées,
brochées métal, sont disposés en registres alternés et décalés en
quinconce, est bien conforme aux célèbres soieries données à Lucques
dans la deuxième moitié du XIVe siècle.
Etat de conservation :
Exceptionnellement bon pour une étoffe de cette époque. Les filés or
(argent doré) oxydés, ainsi les animaux chimériques contrastent
fortement avec les autres motifs tout en soie. Les couleurs de celles-
ci ne sont pas passées ; l’aspect de l’envers nous le prouve. On
observe une petite variation dans l’intensité de la couleur au
changement de navette du lat jaune orangé. Légère usure sur le
registre des coqs.

Depuis le XIXe siècle, notre fragment est présenté dans un cadre en
chêne doublé d’ébène à cinq canaux. Il s’agit d’un cadre de réemploi
car l’étoffe a été repliée dans la partie inférieure sur 20 mm. Vue
du cadre : 41,5 x 29 cm. Le tissu a pu être facilement désencadré,
ce qui a permis la découverte de la lisière et l’examen du verso.
Au dos du cadre, ancienne étiquette collée : Etoffe du 12e siècle
tissée d’or et de soie. Fragment du suaire de Saint Berthuin,
fondateur de l’Abbaye de Malonne. Autre étiquette du collectionneur :
162 / étoffe (ce qui laisse entrevoir l’importance de la collection).
Origine :
Ce précieux tissu médiéval a sans doute contenu les ossements de
Saint Berthuin à partir d’une date inconnue car sa chasse a été
ouverte plusieurs fois, notamment au début du XVIIe siècle. On
prélevait des reliques afin de les sceller dans des pierres d’autel
de la région et de multiplier les reliquaires. A la suite d’une
ouverture de la chasse, avant 1867, cette étoffe est passée dans le
commerce ; elle a été découpée en rectangle ; la mémoire de cette
provenance a été conservée avec chaque fragment.

Cinq autres fragments de la même étoffe sont répertoriés :
Musée de Cluny, Paris, in. 8599, 47,6 x 37 cm avec lisière droite.
Don Auguste Champy en 1867. Bibl. : Sophie Dérosiers, Catalogue du
Musée national du Moyen-âge, Thermes de Cluny, Soieries et autres
textiles de l’Antiquité au XVIe siècle, RMN Paris, 2004, n°194
(notice très complète que j’ai utilisée), Du Sommerard, Musée des
Thermes et de l’Hôtel de Cluny, Catalogue…, Paris 1883, n°6416 ; Gay
et Stein, Glossaire archéologique du Moyen-âge et de la Renaissance,
Paris 1887, p. 581.
Musée des Arts décoratifs, Paris (de nos jours Musée de la Mode et du
Textile), inv. 8387. Achat à la vente Tachard, 1896. Bibl. :
Catalogue Exposition d’art ancien au Pays de Liège, Musée des Arts
décoratifs, Paris 1924, n°52.
Palazzo Mocenigo, Venise, inv.491.14. Don Guggenheim 1813. Bibl. :
Catalogue Un secolo e mezzo di collezione civicha veneziane, musée
Correr, Venise 1988, n°VII.19.
Museo Bargelo, Florence, inv. 613. Bibl. : D. Devati, L’arte del
tessuto in Europa, Milan 1974, n°16.
Métropolitan Museum of Art, New-York, inv.39.31.2. Achat à Elsberg
1939. Bibl. : C. Stevenson, « Two late medieval italian textile »,
Bulletin of the Metropolitan Museum of
Art, 1940.2, p. 40-42. Stevenson propose une autre interpré-tation du
décor épigraphique sur la panse du vase.
Notre exemplaire, dans une collection privée parisienne depuis plus
d’un siècle, était totalement inconnu.

Saint Berthuin évangélisa le Pays du Liège (actuelle Belgique) au
VIIe siècle. Il fonda l’abbaye de Malonne en 660 et mourut en 698.
Les bâtiments actuels de l’abbaye sont occupés par un établissement
scolaire, l’Institut Saint-Berthuin, et l’abbatiale est l’église
paroissiale. Le musée de Liège conserve un peigne liturgique qui
aurait appartenu au Saint. Bibl. : Heckay, Berthuin, une abbaye, un
culte… pour le 13e centenaire de la mort du fondateur de Malonne,
1998, p. 61-63.