Lots

Lot 29

Vendu : 5 000 €

Charles Tristan, comte de MONTHOLON

Catégorie : autographe

Charles Tristan, comte de MONTHOLON (1783-1853) général, il accompagna Napoléon en
captivité. L.A.S. (minute avec corrections et deux passages biffés), Longwood 21 décembre 1815, [à
l’amiral COCKBURN] ; 7 pages et demie in-fol.
PROTESTATION CONTRE LES CONDITIONS DE DÉTENTION DE L’EMPEREUR ET DE SES COMPAGNONS À LONGWOOD.
 » Notre position à Longwood quelqu’affreuse qu’elle soit n’exciteroit de notre part aucune plainte, et nous
saurions la supporter avec la résignation du martyr, si l’on ne manquoit continuellement aux égards dus à nos
rangs et à notre malheur. Si à l’injustice qu’a commise votre gouvernement d’envoyer l’Empereur Napoléon à
S te Helene, au mépris de tous les droits des nations, et de l’indignation de tous les ages et de tous les peuples, on
a ajouté celle de nous reléguer sur le point de l’isle le plus sauvage, du moins devions nous esperer que nous y
trouverions les consolations dont vos ministres même n’avoient osé nous priver, et cependant chaque jour on
restreint davantage des communications avec les habitans « … Contrairement aux instructions antérieures, le
Dr O’MEARA n’est plus autorisé à les accompagner en dehors de l’enceinte, des visiteurs sont refusés à la grille
de Longwood, et l’enceinte n’offre aucune promenade agréable… L’Empereur souffre de l’odeur de la peinture
à l’huile et sa santé s’altère dans ce climat désagréable… Les meubles et le linge manquent, et les marchands de
Jamestown refusent de leur en vendre… Ils n’ont pas de fusils de chasse, suivant le refus donné au général
GOURGAUD… Montholon dresse une liste de réclamations concernant leurs sorties et leurs visites, les
déplacements du maître d’hôtel et le règlement précis, et demande enfin qu’ils puissent s’établir l’hiver  » dans
la partie de l’isle où il y a de la verdure, des sites moins affreux et une température plus agréable et saine « …