Lots

Lot 183

Vendu : 1 000 €

Antoine LOUIS (1723-1792) chirurgien, l’inventeur de la guillotine.

Catégorie : Archives, authographes

Antoine LOUIS (1723-1792) chirurgien, l’inventeur de la guillotine.
L.A.S., Paris 6 [juin] 1747, à Louis LEBLANC, maître en chirurgie et démonstrateur des écoles, à Orléans ; 3 pages in-4, adresse (portrait gravé joint).
COMMENTAIRE SARCASTIQUE D’UNE SÉANCE DE L’ACADÉMIE DE CHIRURGIE, OÙ IL SEMOQUE DE SES CONFRÈRES.
Il n’a point lu à la séance publique de l’Académie de Chirurgie ; on a préféré d’autres mémoires qui  » ne valoient pas grand-chose  » et qu’il passe en revue : 1° une méthode de sonder la conduite des larmes par le nez, qui eût été bonne si le mémoire  » n’eut point etendu la matiere au-dela de ses justes bornes  » ; 2°  » une observation sur les accidens d’une morsure de vipere et la cure conduitte par Mr FOUBERT  » qui ne contenait  » rien que ce que tout autre auroit fait en pareil cas  » ; 3°  » une tumeur de la cornée guerie par compression assés ingenieuse  » ; 4° un instrument pour passer des sétons du nez dans la bouche :  » il falloit peu de chose pour le rendre bon « , mais  » cette simplicité essentielle n’a pas frappé l’auteur  » ; 5° des  » reveries physiologiques sur la digestion du lait dans les enfans  » par Nicolas PUZOS :  » le pauvre homme il est cependant le directeur, et on devroit constituer trois hommes pour le diriger  » ; 6°  » une tres mauvaise observation sur une hemorragie de l’artere angulaire de la machoire infre arretée par un bandage à ressort « … Avant la séance,  » Mr Puzos me demanda si j’avois tiré un certificat en forme et bien authentique de nos operations d’Orleans [interventions urologiques sur deux fillettes, Jeanne Deroin et Élisabeth Heron, en mai 1747 ; voir le n° 180]. Je luy repondis, Non, Monsieur ; je le dis cela suffit ; les charlatans seuls tirent des certificats ; mais les gens qui tiennent un certain rang dans la chirurgie se contentent de citer des temoignages. Je ne veux point avec un certificat arreter les passans pour demander qui veut se faire tailler. En sortant il me dit en riant, Mr ce sera pour l’année prochaine. Je luy repondis, Non Mr car avant que celle-ci soit à moitié écoulée j’auray sçu faire bon usage de mes observations ; je n’en suis point en peine et ce que vous avés lu à l’Academie demandoit plus de certificats que ce que je voulois y annoncer « … Louis songe à convertir son mémoire en forme de lettre à un ami de province et de la faire insérer dans le Verdun ou le Mercure : il croit que Leblanc ne sera pas mécontent de s’y voir traité aussi bien que M. de Lacroix… Il termine en demandant des nouvelles de  » la petite Heron « , et en annonçant que le Roi  » a nommé Mr de LA MARTINIERE son pr chirurgien « …