Lots

Lot 150

Sold: 4,000 €

Joseph-Nicolas DELISLE (1688-1768) astronome.

Category: Archives, authographes

Joseph-Nicolas DELISLE (1688-1768) astronome.
L.A.S., 13 mars 1723, à Giacomo Filippo MARALDI, ” de l’Academie Royale des Sciences “, à l’Observatoire ; 3 pages in-4, adresse avec cachet de cire rouge.
IMPORTANTE LETTRE SCIENTIFIQUE SUR LE CALCUL DES TABLES DES SATELLITES DE JUPITER.
Il le remercie, ainsi que CASSINI, de la part qu’ils ont prise à son accident. Il est obligé de garder la chambre encore quelque temps : ” je m’amuse à calculer des tables des satellites de Jupiter sur les corrections que vous m’avez donné l’année passée. Vous m’avez communiqué de nouvelles epoques de ces satellites pour 1700 et 1600 ; avec les epoques de Jupiter, de son aphelie, et de son noeud et pour les mesmes tems. Vous m’avez aussi dit qu’il ne falloit point se servir de la table de l’équation du premier satellite (p. 9) et qu’il falloit augmenter de la 30e partie la premiere equation des conjonctions de ce satellite, que l’on trouve avec le nombre 1 (p. 21). J’ay sur cela quelques questions et quelques difficultez […]. Premiere difficulté. Outre les époques des longitudes moyennes des satellites vües de Jupiter, vous m’avez communiqué pour le premier satellite de nouvelles epoques de ses revolutions synodiques ; ce qui m’a donné lieu d’examiner si ces differentes epoques de ce satellite s’accordoient ensemble parce que vous m’avez donne en mesme tems les moiens mouvemens de Jupiter qui mesurent la difference qui est entre les revolutions periodiques et les synodiques moyennes. L’époque des conjonctions du premier satellite est pour le 1 janv. 1600 à midy de 0j 10h 29′ 16″ et celle de 1700 au midy precedent du 1 janv. est 1j 1h 13′ 43″. L’intervalle entre ces deux conjonctions moyennes est par consequent de 36 524 jours 14h 44′ 27″ pendant lequel tems le premier satellite fait 20 637 revolutions synodiques moyennes “… Il expose ses calculs et demande si Maraldi a le dessein de faire convenir les époques des conjonctions du satellite avec celles de ses longitudes moyennes, et alors ” d’où peu venir la difference que j’y trouve “… Suivent quatre autres problèmes, portant sur l’équation à employer pour le calcul des satellites ; les proportions de l’orbite de Jupiter sur lesquelles Maraldi a calculé l’équation du centre de la planète (” il suffira que vous me donniez la grandeur du grand et du petit axe ; ou l’un des deux avec l’excentricité, ou enfin l’excentricité avec la distance moyenne, car je serai bien aise de calculer moy mesme la distribution de l’équation pour chaque degré d’anomalie suivant l’hypothese de KEPLER “) ; l’inclinaison que Maraldi a donnée à l’orbite de Jupiter sur l’écliptique et la situation des noeuds des satellites. ” Lorsque j’aurai achevé les tables du premier satellite sur les eclaircissemens que je vous demande, je crois que je serai tenté de dresser aussi pour les autres satellites des tables d’equation de leurs conjonctions pour pouvoir calculer aussi facilement leurs éclipses que l’on calcule celles du premier “…