Lots

Lot 91

Sold: 1,300 €

Étienne-Nicolas MÉHUL (1763-1817) compositeur. L.A.S., [juin 1816 ?], à François-Adrien BOIELDIEU ; 2 pages in-8, adresse (beau portrait gravé par Quenedey joint).

Category: Archives, authographes

Étienne-Nicolas MÉHUL (1763-1817) compositeur. L.A.S., [juin 1816 ?], à François-Adrien BOIELDIEU ; 2 pages in-8, adresse (beau portrait gravé par Quenedey joint).
TRÈS BELLE LETTRE. Il lui exprime le plaisir que sa musique lui a fait ressentir la veille : ” Elle est tout autant belle et jolie, énergique et gracieuse. Ton final du 1er acte est beau, ta romance du 2e acte est ravissante. Ton quatuor est charmant, le dialogue du milieu est d’une vérité admirable. Je suis aussi fort content de l’air des troubadours et du choeur des pèlerins. Tout cela a la couleur du tems. C’est un bien grand mérite. Il faut plus que du talent pour peindre ainsi des moeurs imaginaires. Après les complimens, qui sont sincères, je te dois de sincères remercimens pour toutes tes bontés en faveur d’HEROLD. Aidé par toi, ce brave jeune homme ira loin, et j’ai la certitude qu’il ne se montrera jamais ingrat. Le pas que tu lui as fait faire hier décidera à coup sur de sa destinée entière, et si j’en crois mes pressentimens, cette destinée sera heureuse. Adieu, mon cher Boyeldieu, si la cour et la ville sentent comme moi, tu vendras des milliers de ta romance, un pareil morceau vaut un opera tout entier. Il me semble que les miracles de la musique des Grecs devoient s’opérer par cette simplicité touchante “… [Le 18 juin 1816, on avait créé à l’Opéra-Comique (salle Feydeau) Charles de France, ou Amour et gloire de Boieldieu, en collaboration avec Ferdinand HÉROLD.]