Lots

Lot 219

Sold: 1,000 €

École du Ladin , Val Gardena, Province de Bolzano, Italie, début du XIXe siècle

Category: Sculpture Ancienne

École du Ladin , Val Gardena, Province de Bolzano, Italie, début du XIXe siècle
Paire de mendiants aveugles
Statuettes en bois tendre polychromé.
Petits accidents à la polychromie.
H. 36,5 cm (femme) H. 37 cm (homme) dont socles rectangulaires en bois H. 2,5 cm
Littérature en rapport :
– Paolo Caneppele, “I petocchi nella scultura gardenese del 700 e 800″, in Institut Ladin San Martin de Tor,
Ladina, n°.15, 1991, p.85-104.
– Tom Nichols, The art of poverty : irony and ideal in sixteenth-century beggar imagery, Manchester New York Manchester University Press, 2007, p.36, pp.38-39 et pp. 42-43
Cette paire de mendiants s’inscrit dans l’art traditionnel et populaire vers 1800 de l’École du Leda, aux pieds des Alpes. Nos deux personnages semblent avoir été exécutés sur le même modèle que les statuettes conservées au musée de Basel (statuettes en bois de tilleul sculpté et polychromé, H. entre 31,5 et 33 cm, Basel, Historisches museeum,
Inv.1882.210). Riches en détails, ils nous livrent une expression nouvelle qui s’écarte du sentiment de pitié incitée généralement par ce type de figures. Ils tiennent un bâton fermement entre leurs mains afin de pouvoir se guider, indiquant leur cécité.

Littérature en rapport :

-Paolo Caneppele, ” I petocchi nella scultura gardenese del 700 e 800 “, in Institut Ladin San Martin de Tor, Ladina, Nr.15, 1991, pp.85-104.
– Tom Nichols, The art of poverty : irony and ideal in sixteenth-century beggar imagery, Manchester New York : Manchester University Press, 2007, p.36, pp.38-39 et pp.42-43

Cette paire de mendiants s’inscrit dans l’art traditionnel et populaire vers 1800 de l’Ecole du Leda, aux pieds des Alpes. Nos deux personnages semblent avoir été exécutés sur le même modèle que les statuettes conservées au musée de Basel (statuettes en bois de tilleul sculpté et polychromé, H. : entre 31,5 et 33 cm, Basel, Historisches muséeum, Inv.1882.210). Riches en détails, ils nous livrent une expression nouvelle qui s’écarte du sentiment de pitié incitée généralement par ce type de figures. Ils tiennent un bâton fermement entre leurs mains afin de pouvoir se guider, indiquant leur cécité.